Royaumes & Empires: Dal'Hagar

Affichage de 1 message (sur 1 au total)
  • Auteur
    Messages
  • #470
    Eddy
    Maître des clés

    « Royaumes et Empires: Dal’Hagar »

    Ébauche manuscrite signée « Elodan l’Archiviste », retrouvée au pied de Sylveran, l’Arbre de Lumière

     
     

      I – L’Ordre des Héritiers

    Cette histoire commence il y a fort longtemps. Nous sommes à l’époque de la naissance de Lungora. Shinari devint alors la première Impératrice humaine du nouvel empire récemment formé, avec le conseil des derniers Dragons de l’Origine survivants à la catastrophe qui frappa toutes les races des terres des Dragons, des falaises d’Ouessang aux côtes de Lungora.
    A cette époque, les plus jeunes Dragons de l’Origine furent guidés en sécurité par Ryukal, le Maître de Ryukun, dans une dimension parallèle.
    Séparés de leurs enfants, les rares Dragons de l’Origine adultes à avoir assisté au sacrifice de leur Empereur cherchaient désespérément un sens à leur survie. La plupart d’entre eux se consacrèrent à l’étude des éléments aux côtés des humains dans de fantastiques temples dédiés, sur les terres même de Lungora.
    Toutefois, certains autres Dragons de l’Origine jugeaient les humains responsables du tragique destin de leur espèce. Leur faiblesse aurait condamné leur Empereur au sacrifice ultime, selon eux, et pour cette raison, ils préféreront prendre leurs distances, afin de réfléchir aux enseignements de leur souverain disparu.
    Ces Dragons de l’Origine, qui s’écartèrent de Shinari, l’élue de Ryukun, quittèrent les terres de Lungora, et préférèrent prendre possession des territoires plus à l’ouest. Nombre d’entre eux iront trouver le sommeil éternel dans le froid glacial des hivers d’Ouessang, d’autres choisiront la route des Dragons Communs, et renonceront à leurs dons, mais quelques-uns d’entre eux avaient encore une autre idée en tête.
    Convaincus que l’humanité était une gangrène, ces-derniers s’établirent dans les vastes forêts et vallées des terres au sud du Ridderglow d’aujourd’hui, loin des humains. Là-bas, ils comptaient créer une terre en symbiose avec la nature originelle, reflet de l’Empire Draconique avant l’arrivée des humains, qu’ils laisseraient en héritage à leurs fils et filles lorsqu’ils reviendraient sur Nyrheim. Et c’est ainsi que Dal’Hagar devint le rêve de la vingtaine de Dragons de l’Origine qui suivaient Tarinos: L’Ordre des Héritiers. La race des Pandaran, frappée à plusieurs reprises par de terribles coups du destin et qui fût en voie d’extinction après l’Apocalypse, décide également de quitter Lungora, suivant ces dragons dans leur périple, jusque sur leurs nouvelles terres.

      II – Les créations des Héritiers

    Alors, les Dragons de Dal’Hagar continuèrent leurs études poussées du monde et de la Mana, repoussant toujours plus loin leurs découvertes et par extension, leur pouvoir et leur puissance. Les Pandaran quant à eux, s’établirent dans des temples dans les montagnes à l’est de Dal’Hagar.
    En quelques années, Dal’Hagar était devenu un sanctuaire draconique, où les Dragons régnaient en maître, et avaient gagné le respect de toutes les créatures qui y vivaient, à l’image de Lungora des siècles auparavant. Leur puissance et leurs capacités dépassèrent bientôt celles des Dragons de l’Origine d’avant la catastrophe, et ils se trouvèrent bientôt capables de changer la création elle-même, offrant le don d’intelligence à de nouvelles espèces.
    C’est ainsi que naquirent les Tigorians, créatures à moitié humaines, à moitié animales. Ces humanoïdes à fourrure montrent rapidement des caractéristiques semblables aux humains, et montent une nouvelle civilisation, sous la tutelle des Dragons. Très respectueux de la nature, ils ont un don pour le commerce, la collection et le vol. Ils tiennent à leur fortune comme à la prunelle de leurs yeux, et ils apprécient se vêtir des armures les plus extravagantes qui soient, signe de réussite sociale.
    Dans le processus de don de l’intelligence, d’autres animaux acquirent des pouvoirs magiques, et c’est pourquoi on peut y croiser de nombreuses créatures féeriques: Griffons, Kitsunes, Pégases, Phoenix… Tous capables de parler et de penser.
    Le groupe de dragons qui avait pris possession de ces terres et s’en était faits des semi-dieux était dirigé par Tarinos, un dragon alors déjà d’un âge avancé. Reconnu par ses pairs pour sa puissance magique et sa sagesse, mais également aujourd’hui dans le monde entier pour être à l’origine de l’apparition de certaines civilisations, il est celui à qui l’on doit les merveilles du Dal’Hagar d’aujourd’hui… Mais aussi deux créations: L’Ombre et la Lumière.

    Tarinos était un survivant de l’Apocalypse, un des Dragons de l’Origine à avoir assisté au sacrifice de son Empereur, et à voir la chute de son espèce. Ce-dernier avait déjà perdu sa femme avant la catastrophe, qui ne lui avait laissé qu’un oeuf mystérieusement sans vie.
    Fier meneur des dix membres de l’Ordre des Héritiers, ses innombrables connaissances lui permettent de rivaliser avec la puissance passée de son Empereur, et il parvient à créer une nouvelle magie inédite.
    Cette maîtrise, contrairement à la pyormancie ou à l’hydromancie, ne se base pas sur la manipulation de la mana, mais sur la canalisation d’émotions, ou plus communément appelée: « Foi ». Il parvient à enseigner à ses pairs comment maîtriser les émotions, pour, comme leur Empereur, matérialiser un fragment de leur âme et créer une source intense de puissance aux pouvoirs variés: La Lumière.
    Rapidement reconnue par les Héritiers comme le symbole de la réussite des études des dragons menés par Tarinos en Dal’Hagar, la Lumière permet de soigner des blessures et protéger des êtres chers, une fierté pour tous les Héritiers, qui y voient le plus bel hommage au sacrifice de leur Empereur. Eux, d’entre tous, sont parvenus à créer une magie unique, qui contient l’essence même de ce que représentait Ryukun: L’altruisme, et l’amour.

      III – La consécration des Héritiers: Sanctum, la Cité d’Or

    Encouragé par les éloges de ses compagnons et convaincu de son oeuvre, Tarinos prend le titre de « Gardien de la Lumière », et décide de créer une merveille: Sanctum, la Cité d’Or.
    Pendant sept jours et sept nuits, il canalise sa Foi et crée une dimension parallèle exceptionnelle, retenant les âmes qui quittent Nyrheim et les guidant dans une cité merveilleuse où elles connaissent le repos éternel. Il est le créateur du paradis.
    Suite à cette création, les Héritiers s’exercent sans relâche pour maîtriser cette puissance et l’insuffler aux autres espèces de Dal’Hagar, qui devient une région fantastique qui regorge de Mana et de Lumière, où arbres et racines bougent et se déplacent comme les loups et les renards, et où le sable et les lacs murmurent comme les oiseaux et le vent.
    C’est une époque de grande prospérité pour les Héritiers, qui admirent leur création pendant plusieurs années, et garantissent sa prospérité. Mais petit à petit, le temps a raison d’eux, et ils gagnent rapidement Sanctum les uns après les autres. Seuls sept Héritiers sont encore en vie quand deux événements ont lieu et bousculent le destin des Dragons de l’Origine en Nyrheim.

      IV – L’avenir des Dragons de l’Origine

    De retour à Lungora, les derniers Dragons de l’Origine au service de Shinari ne sont plus. Ils n’ont laissé derrière eux que les innombrables connaissances dont ils disposaient dans chacun des Temples élémentaires. Shinari a elle-même trouvé paisiblement le sommeil éternel, laissant son empire entre les mains du Shôkyôgi, un conseil entre les dirigeants de chacune des nations constituant ses terres. C’est alors que la Nation du Feu fait une découverte exceptionnelle: Dans le Temple du Feu, Ryukâton le Dragon du Feu a laissé derrière lui un oeuf de dragon. Lungora connaîtra un jour la renaissance d’un Dragon de l’Origine. De grands festivals sont organisés à travers toute la contrée pour fêter l’espoir de la renaissance de l’espèce disparue, pour qu’elle dirige à nouveau les peuples de Lungora.
    En Dal’Hagar, un autre espoir éteint refait surface. L’oeuf qu’avait laissé la compagne de Tarinos dans le sillage de sa disparition éclot… Et c’est le futur de tout un peuple qui renaît.

      V – Sophira, Reine du Royaume des Ombres

    1 – L’enfant maudite

    Hélas, rapidement, cet espoir fait place à l’inquiétude, et l’inquiétude fait place à la peur.
    Sophira, la fille de Tarinos, était une Dragonne particulière. Tous les Dragons naissent, par nature, parfaits. Sans malformation physique particulière, et un esprit formaté par une éducation pensée pour garantir la sécurité de l’avenir de l’espèce. Sophira, elle, naquit borgne, un œil totalement blanc. Les autres Héritiers voyaient en cela un mauvais présage et n’avaient de cesse de mettre en garde Tarinos depuis que sa tare avait été découverte. Un jour, elle se retournerait contre lui, et se laisserait tomber dans les ténèbres, plongeant tous les peuples dans une nuit de souffrance et d’ombre. Cet oeil était un signe du destin, une marque du mal et un danger pour les siens et tous les autres royaumes, une maladie pour la Lumière.
    Les Héritiers, pragmatiques, et objectifs, lui conseillèrent de mettre fin aux jours de Sophira tant qu’elle était jeune et sans défense, avant qu’elle ne se serve de tout le savoir draconique de Dal’Hagar pour plonger le monde dans les flammes de la destruction.
    Mais Tarinos était bien incapable d’éliminer sa propre fille, qu’il avait si longtemps attendu, seul vestige de son amour disparu. Qui plus est, il s’agissait d’une femelle, ainsi capable de donner une descendance aux Héritiers, peut-être jusqu’au retour des jeunes Dragons de la dimension de Ryukal.
    Hélas, peu importait les arguments, Tarinos peinait de plus en plus au fil des années à justifier la légitimité de l’existence de sa propre fille, à qui il mentait jour après jour en lui faisant croire que la méfiance de ses pairs n’était qu’imagination et illusions.

    2 – Le Sacrifice

    La petite Sophira devient grande, et finit par comprendre la situation. Déterminée à sauver l’honneur de sa famille et à prouver aux autres dragons sa bonne foi, elle décide de s’avancer au devant des sept Héritiers encore vivants, et propose de donner les années restantes de sa vie à son père pour qu’il soit présent lors du retour des leurs, et devienne le Deuxième Empereur Draconique.
    Elle provoque la surprise et le questionnement. Tarinos est tiraillé entre le futur de son espèce, ou la survie de son propre sang.
    Les Héritiers ne laissent pas le temps à Tarinos de réfléchir, le rituel est organisé dans le plus grand secret au sommet de la plus haute montagne de Dal’Hagar, qui est aujourd’hui connue sous le nom de « Sommet de Tarinos ».
    Mais le rituel… Ne se déroula pas comme pas prévu.
    Comme les Héritiers s’y attendaient, rien ne pouvait se dérouler normalement si Sophira était impliquée. Son corps et son esprit subsistèrent… Elle ne parvint pas à sacrifier toute sa Mana.

    3 – La Chute

    Affaiblie, perdue, et désorientée, Sophira gisait au sol, confuse. Mais Tarinos lui avait repris ses esprits. Il se sentait certes plus jeune… Prêt à guider les Héritiers quelques siècles de plus. Mais il connaissait la suite des événements. Avec cet échec… Sa fille n’aurait plus aucune légitimité aux yeux de l’Ordre, et ils la condamneraient pour sa faiblesse et le danger qu’elle représente. Elle connaîtrait jusqu’à la fin de ses jours, le calvaire terrible de ne jamais être acceptée parmi les siens.
    Il était hors de question de la voir souffrir davantage. Il prit la décision de l’éliminer de ses propres griffes.
    Mais un seul œil suffit à Sophira pour comprendre le sort que son père lui réservait. C’est cette même décision de son propre père qui la fit plonger dans les abysses de la haine…
    Son père s’attaque donc à elle, même faible, blessée, meurtrie, trahie?…
    Elle rassembla ses dernières forces et prit son envol. Tarinos n’eut pas la foi de la poursuivre. Les sept Héritiers se lancèrent à sa poursuite. Plongée dans le désespoir, elle se laisse aller à la peur… Puis à la haine. L’Ombre l’envahit, chaque seconde un peu plus, réalisant ses sacrifices vains, les mensonges dans lesquels elle a vécu toutes ces années…

    4 – Le Royaume des Ombres

    Finalement, elle déchaîna toute l’étendue de sa haine. Dans une explosion d’Ombre colossale, elle bannit la moitié de Falathorne et de Britania dans une dimension parallèle où elle régnerait maintenant en maîtresse des lieux, créant à l’image de Sanctum la Cité d’Or, le Permalag, Royaume des Ombres.
    Les forêts de Falathorne et les plaines de Britania occidentales seraient depuis lors dans cette dimension parallèle, laissant derrière elles l’immense océan au sud du continent s’engouffrer pour former la mer aujourd’hui empruntée par les Pirates, séparant le continent autrefois unique entre Lungora et Ridderglow en deux parties reliées par le Détroit de Peers, tel qu’on les connaît aujourd’hui.
    Elle s’isola dans cette dimension dont les accès sont presque tous sous son contrôle total, et s’y cacha des siens, des Héritiers, et de son propre père… En continuant de s’y nourrir des Ombres de tout Nyrheim. Le Royaume des Ombres devient un foyer pour les âmes désespérées en quête de vengeance ou perdues dans la souffrance et la douleur, comme elle. Elle compte se servir de tous les malheureux que Nyrheim a abandonné aux Ombres pour l’aider à renverser la Lumière en Nyrheim et faire siennes les terres de Dal’Hagar.
    Elle avait hérité du génie de son père, et elle parvint aisément à créer une magie semblable à la Lumière: L’Ombre. Également basée sur la canalisation d’émotions, la Foi en l’Ombre permet de corrompre et faire souffrir. Et elle entend bien transmettre ce savoir à tous ceux souhaitant la rejoindre.
    Le credo des serviteurs du Royaume des Ombres fait trembler tous les souverains en Nyrheim, signe avant-coureur de malheurs et de révolution du peuple…

    « Il est une simple vérité,
    Que jamais, ils n’oseront vous avouer,
    Leur Lumière, dans son infinie bonté,
    Vous abandonnera, aveuglés et brûlés. »

      VI – L’Ordre des Paladins

    Suite à cela, Tarinos est contraint de fournir à l’Ordre des explications et des solutions. Leur havre de paix, leur sanctuaire, est maintenant menacé par l’une des leurs. La puissance qu’elle pourrait maintenant déployer est suffisamment grande pour la considérer comme la plus grande menace de Nyrheim.
    Et c’est ainsi que Tarinos va proposer de créer une armée de champions de la Lumière, pour répondre aux serviteurs de sa fille. Alors, l’Ordre des Paladins vit le jour.
    Au début choisis parmi les tribus locales par les Héritiers en personne, ces volontaires étaient considérés comme de véritables héros. Mais les Héritiers vont rapidement découvrir que les Paladins ne sont pas assez nombreux pour rivaliser avec les armées des ténèbres, une petite centaine tout au plus. C’est pourquoi Tarinos leva les protections magiques qui faisaient se perdre les voyageurs de Ridderglow qui venaient jusqu’à Dal’Hagar.

      VII – Dal’Hagar aux yeux du monde

    Et c’est ainsi que les Nains furent les premiers à découvrir cette région aux innombrables secrets, regorgeant de Mana et de Lumière.
    Cette région au relief escarpé apparaît pour la première fois dans les archives des nains d’Exoderya, qui découvrirent lors d’une expédition minière que la montagne centrale de Dalaghar regorgeait de mithril et d’adamantite. C’est très naturellement qu’ils y établirent la petite cité minière d’Amaltar et qu’ils y débutèrent son exploitation. Leurs notes font part des traces du passage d’autres précurseurs et d’éventuels rituels autour d’étranges tombes sur le flan de la montagne, ainsi que de la découverte de deux nouveaux peuples: Les Tigorians d’une part, avec qui les nains entretenaient des relations commerciales florissantes, car il s’agissait d’un peuple qui avait appris à récolter les ressources de ces terres sans énerver les gardiens de ces forêts et de ces montagnes. Les Tigorians était un peuple remarquable, très doué en commerce et en négociations. Il y avait autant d’espèces de Tigorians que d’arbres en Dal’Hagar, mais leur plus grande réussite est la forteresse de Nyantora: Une sorte de temple-forteresse gigantesque à l’effigie d’un conseil de plusieurs Tigorians souverains et de Dragons vraisemblablement importants à leurs yeux. Avec le temps, le Le Ministère a perdu sa voie, et s’est enorgueilli de sa puissance, au point d’accepter le marché de l’Impératrice Feylara corrompue par Ombrage. En échange de la cession d’une partie du territoire de Dal’Hagar, Feylara leur céda la magie. Ainsi, la construction du Port de Septentrionis débuta sous le joug de l’esclavage de Ridderfall, et Nyantora soumit les forêts de Sylveran pour sa beauté, sa grandeur et sa défense. Depuis, les arbres de la forêt subissent un contrôle magique constant, les forçant à agir contre leur volonté.
    Les Pandaran, d’un autre côté, était un peuple chauvin, très isolationniste qui gardait des contacts limités avec les expéditions des nains. Les archives font état de plusieurs altercations territoriales entre les deux peuples.

    Les nains auraient par la suite découvert des Dragons de l’Origine survivants, qui les mirent en garde de prendre soin de ce qu’il leur avait été donné. Ces créatures vivaient au sommet de la montagne au pied de laquelle l’exploitation avait été lancée. Ils apprirent des dragons que cette montagne se prénommait le « Sommet de Tarinos ». Les exploitations minières devaient donc respecter un règlement rigoureux, avec une limite d’extraction au mois, et deviaent être dirigées avec prudence pour ne pas déstabiliser le sous-sol et les fondations de la montagne.
    L’expédition des nains se montra capable de respecter les consignes des Dragons, et ils apprirent que la montagne avait été nommée après le chef de la tribu draconique présente: « Tarinos », qui fût le premier dragon avec qui les nains eurent un contact. Une créature immense dans la fleur de l’âge qui dégageait une puissance incroyable.

    Au fil des années, la montagne démontra d’autres particularités; Notamment la présence fréquente de sources souterraines d’une eau sacrée aux vertus curatives remarquables. Ces sources particulières attisèrent la convoitise des humains voyageurs qui rôdaient au sud d’Eorlindon, qui commencèrent à également s’intéresser à cette contrée. Ils rejoignirent les nains dans leur cité minière, et un marché fût conclu: Une cité naine serait creusée à même la montagne avec l’aide des humains, alors qu’Amaltar leur reviendrait.
    Ce marché fût accepté par Tarinos, qui commença à approcher les nains et les humains, et leur expliqua la raison de leur présence sur les terres de ces dragons. Humains comme Nains devraient vouer un culte à la Lumière, et lui offrir des champions pour la défendre contre les ténèbres, et jurer de continuer à respecter ces terres et les autres créatures qui y vivaient, en échange de quoi les nains comme les humains pourraient s’établir durablement en Dal’Hagar.

      VIII – L’ancrage des traditions

    La dévotion à ce culte fût traduite par une tradition locale dans le groupe expéditionnaire nain comme les voyageurs humains: Le chef de chacune des factions devait se rendre au pied du plus grand arbre de Dal’Hagar, et lui offrir leurs souvenirs en échange d’une maîtrise exceptionnelle de la Lumière. Ils devenaient ainsi des Avatars de Lumière, protecteurs de leurs cités respectives. De ce fait, ils n’étaient plus appelés par leur nom, et on ne vit plus jamais leur visage après leur passage devant l’Arbre de Lumière, Sylveran, caché par une capuche et un masque, jusqu’au jour de sa mort où leur dépouille était rendue à Tarinos en offrande, dont il absorbait l’énergie vitale résiduelle pour perpétuer sa propre vie et continuer à protéger ses disciples.

    Nains comme humains acceptèrent ce marché, et Dal’Hagar devint la seule région où les deux peuples eurent un aperçu de la vision elfique de la vie. Hélas, les années passèrent, et l’un après l’autre, les Héritiers et leur famille rejoignirent Sanctum. Bien sûr, plusieurs fois Tarinos tenta de convaincre les siens de partager les offrandes afin qu’ils puissent eux aussi bénéficier d’une plus grande longévité… Mais chacun des Héritiers refusa sa requête, convaincu en son âme et conscience que seul Tarinos devait accueillir les jeunes Dragons de l’Origine lorsqu’ils reviendront.
    Hélas, un jour, il assista à la mort du dernier Héritier qui l’accompagnait. Tarinos pleura toutes les larmes de son corps. Après tout, il avait enterré chacun de ceux qui l’avaient suivi voilà plusieurs siècles durant. La souffrance était insupportable, mais il savait qu’ils avaient tous rejoint la Lumière en Sanctum, et qu’ainsi il les retrouverait tôt ou tard. Pour l’instant, il devait garantir que Dal’Hagar serait protégée de sa fille Sophira.
    De nombreux Humains, Nains, Tigorians et Pandaran avaient maintenant suivi la voie des Paladins. Ils avaient même étendu leur connaissance par-delà Dal’Hagar, et on commençait alors à croire en la Lumière jusqu’en Eorlindon. C’était une grande réussite; Sophira se heurterait à un mur d’espoir et de dévotion lorsqu’elle déciderait de revenir sur Nyrheim.

      IX – La menace des Ténèbres

    … Tout du moins c’est ce qu’il pensait. La réalité était différente. Sophira avait déjà ses griffes plantées profondément en Dal’Hagar. Elle avait dores et déjà des serviteurs de l’Ombre au sein même de Dol’Zharr, la cité naine, et Amaltar, le fort humain.
    Ces derniers travaillèrent à des manipulations politiques et populaires pour pousser à la révolution et à l’erreur les deux peuples qui vivaient jusque là en harmonie avec les autres espèces de Dal’Hagar; Même les Pandaran avaient commencé à s’ouvrir au commerce.
    Hélas, cette paix fût de courte durée: Tarinos n’avait plus le cœur à l’ouvrage, et il délaissa les peuples nain et humain à leur sort, qui se laissèrent emporter dans une spirale infernale de haine et de conflit: Humains et nains se livrèrent en Dal’Hagar une guerre sans merci pour récupérer l’un la cité de l’autre.

    Ce fût un massacre, rapidement, il ne restait plus aucun nain ni humain. Tarinos entra dans une fureur terrible, déçu par les mensonges des deux peuples, et conscient d’une certaine part d’implication de Sophira: Il décida de recourir aux moyens pragmatiques des Héritiers pour garantir la sécurité de Dal’Hagar: Il lança un souffle de Lumière qui détruisit les vestiges des deux peuples dans le Sommet de Tarinos, ainsi que tous les survivants.
    On dit que le souffle se fit ressentir jusqu’à Eorlindon, et Tigorians comme Pandaran comprirent immédiatement que le courroux de Tarinos avait frappé le continent. Mais le dragon s’adoucit et s’effondra lorsqu’il réalisa qu’il restait dans les deux peuples une part de Lumière: Un père nain et une mère humaine, tous deux Paladins, se sont sacrifiés pour leurs enfants, et ont absorbé le souffle lumineux du Dragon, pour protéger leur fils et leur fille, inconscients, au sol.

      X – Les Enfants de la Lumière

    En se réveillant, le jeune garçon dit s’appeler Yuko. Sa sœur était restée inconsciente. Les deux enfants baignaient dans la Lumière après avoir survécu au souffle de Tarinos, et ce-dernier se sentit terriblement coupable de ce qu’il avait accompli. Ces deux jeunes semi-nains était sans nul doute les seuls survivants, et leur père comme leur mère devaient être d’incroyables champions de la Lumière pour réussir à absorber un souffle d’une telle puissance.
    Lorsque la petite revint à elle, elle trouva son frère en larmes; Aussi Tarinos décida-t-il d’effacer la mémoire du garçon, et de voler non loin d’Eorlindon, et de déposer l’enfant dans une chapelle, qui avait été construite suite à la campagne de ses Paladins pour répandre le culte de la Lumière. Sans le savoir, Tarinos avait rencontré son fils spirituel… Il avait désigné le Champion de la Lumière, celui qui allait par la suite faire ses preuves non seulement en sauvant Ridderglow mais aussi en poursuivant la quête de Tarinos, jurant de renverser Sophira et le Royaume des Ombres…
    Quant à la soeur, personne ne sait ce qu’il est advenu d’elle, les légendes disent que Tarinos la garda à ses côtés et l’éleva comme sa propre fille, car elle était plus forte que Yuko, et qu’il pouvait donc lui transmettre tout son savoir. Il lui aurait conté tous les événements passés, pour que le jour où Yuko la retrouve, il découvre son passé, son identité, et son potentiel véritable de maîtrise de la Lumière.

    Après avoir déposé Yuko, Tarinos retourna au Sommet de Tarinos, désormais désert et sans vie.
    Il décida d’entrer dans la cité naine de Dol’Zharr, assez gigantesque pour lui permettre de passer. Il s’y assoupit un instant, mais il se laissa rapidement submerger par la fatigue et entra dans un profond sommeil… Qui dure encore aujourd’hui d’après la légende.

    • Ce sujet a été modifié le il y a 4 années et 7 mois par Eddy.
Affichage de 1 message (sur 1 au total)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.